Zombie Night Terror. Horde the door !

Vous reprendrez bien un peu de cerveau ? Développé par un petit studio français nommé NoClip, Zombie Night Terror est disponible sur Steam, Humble Store, GoG et GreenMan Gaming pour environ 13€, pour Linux, Mac et Windows. Annoncé comme un Lemmings-like où des hordes de zombies cherchent à détruire l’humanité, il est exactement cela. Sauf qu’ici, la horde de zombies, c’est vous.

http://www.zombienightterror.com/

Le jeu se présente dans une 2D en pixelart très réussi, avec des animations et des effets sonores dignes des (bons) films d’horreur. L’interface est propre et claire, les commandes réagissent bien, l’enrobage de la chose est très agréable.

Les humains tout comme les zombies ont des animations souvent très drôles, et peuvent parler entre-eux sous forme de bulle de bande dessinées. Si le jeu est français, il est diffusé à l’international et une grande partie des panneaux en jeu sont en anglais. Même le titre du jeu est en anglais. Quand un jeu est développé par des anglais, soit. Je n’aime pas le tout anglais au détriment des autres langues, m’enfin… http://esperanto-france.org/foire-aux-questionsCependant, les options permettent d’avoir tous les textes et l’interface en français.

Si vous ne connaissez pas le jeu Lemmings, ce n’est pas grave, Zombie Night Terror va vous apprendre à jouer en douceur, en introduisant les éléments au fur et à mesure de l’avancement des niveaux.

Le principe est simple : un ou plusieurs zombies marchent lentement à partir d’un point d’arrivée, et ils vont tout droit, jusqu’à ce qu’ils rencontrent un obstacle. Si cet obstacle est un mur, ils font demi-tour. Si c’est un trou, ils tombent. Si c’est un humain, ils le croquent, et l’humain devient zombie à son tour.

Evidemment, les choses se compliquent rapidement. Certains murs peuvent être détruits à l’explosif, certaines portes peuvent s’ouvrir ou se casser, certains sols s’effondrent sous un poids important, certains sols sont électrifiés, certains humains ripostent…

Heureusement pour la horde, les zombies sont aussi des mutants, et peuvent se transformer pour gagner différentes aptitudes. Courir, sauter, esclader les murs, exploser… Un type particulier de zombie, l’immobile commandeur, décuple les facultés. Par exemple, un commandeur avec le saut ordonnera à tous les zombies qui le touche de sauter dans une direction spécifique, et avec beaucoup plus de force qu’un simple saut.

Le jeu comporte une quarantaine de niveaux, et passer la mise en bouche, la difficulté augmente rapidement. Il faut synchroniser les troupes, réagir parfois rapidement à certains événements, trouver le bon chemin pour atteindre l’objectif… Objectif double par ailleurs : finir le niveau (par exemple sortir au moins 3 zombies d’un tunnel de metro), et terminer un challenge (tuer tous les humains, même ceux qui se trouvent dans des recoins). Difficulté supplémentaire : gérer la bonne utilisation des ressources disponibles. Effectivement, nombre d’effets sont en quantité limité, et coûtent des points d’ADN. Si détruire volontairement un zombie, ou bouffer un humain, ou d’autres actions, rapportent de l’ADN, créer un commandeur ou sauter par exemple consomment de l’ADN.

Zombie Night Terror est immédiatement amusant, mais aussi parfois frustrant. On ne peut pas sauvegarder pendant un niveau, il faut passer l’introduction et terminer le niveau pour se sentir « en sécurité ». Hors parfois la victoire ne tient qu’à un passage délicat raté, ou une synchronisation parfaite à un moment spécifique, et échouer sur ces 5 secondes revient à recommencer le niveau en entier, incluant de parfois longues introductions jouables.

Le Lemmings de Psygnosis date de 1991. Depuis, plusieurs jeux ont copié l’idée, ou plutôt, se sont contentés de cloner Lemmings. Zombie Night Terror est peut-être le premier à réussir à s’inspirer de l’ancêtre, tout en n’étant pas « un Lemmings ».

La horde vous attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.