Dominions 5 : Warriors of the faith. La grande stratégie, très grande

Dans les années 1990, Conquest of Elysium sort sur Atari. Au début des années 2000, Dominions arrive sur nos ordinateurs « modernes ». Ces deux jeux de stratégie au tour par tour partagent un même univers et là où Conquest of Elysium se joue à petite échelle et vise des parties assez courtes de quelques heures, Dominions propose de jouer en grand, sur des parties pouvant allégrement dépasser plusieurs dizaines d’heures. Le petit studio Illwinter Game Design se fait alors une place dans la ludothèque des amateurs de Wargames grand format et valide ses positions au fil des années, jusqu’à l’arrivée en novembre 2017 de Dominions 5 : Warriors of the faith.

Note : cet article a d’abord été publié sur JoL ici : http://jv.jeuxonline.info/actualite/53702/dominions-5-warriors-of-the-faith-grande-strategie-tres-grande

On pourrait introduire la série des Dominions avec une liste, comme ceci :

3000+ types d’unités à recruter ou à invoquer
3ères, ou âges technologiques
80+ factions jouables réparties entre ces ères
Jusqu’à 28 participants humains ou ordinateurs en multijoueur
400+ objets magiques à trouver ou à forger
70+ bénédictions
400+ rituels magiques
500+ sorts de bataille
8 voies magiques à explorer
7 écoles de magie à rechercher
300+ talents d’unité
18 attributs différents
200+ dieux potentiels à incarner pour diriger votre empire
1000+ sites magiques
Générateur de cartes et éditeur intégré
3000+ événements aléatoires
Solo et multijoueur en Hotseat, PBEM ou LAN/IP
Facilité de modding

On pourrait aussi décrire le déroulement d’une partie, où depuis la capitale initiale il faudra envoyer des éclaireurs repérer les régions voisines pour anticiper la composition des armées, conquérir les territoires, étendre son Dominion (influence divine), soumettre les peuples, récolter des vierges pour les sacrifices de sang, repousser les invasions, s’adresser aux oracles, bâtir des forts dans des régions avancées pour consolider ses positions, s’aventurer dans la recherche magique pour plus tard invoquer des golem de mercure, des trolls zombies, des armées oubliées, des totems de la nature…

Ou alors, on pourrait aussi se glisser sur le forum et participer à une partie multijoueur entre débutants, pour découvrir le jeu dans les meilleures conditions et partager ses stratégies, poser ses questions ou simplement observer d’un air ébahi tout ce que Dominions 5 a à offrir.

J’ai écrit ceci sur le forum et je me cite, car je le peux :

En fait, il y a une barrière psychologique à passer sur Dominions : il n’est pas fondamentalement complexe « par sa profondeur verticale », mais il l’est indéniablement par « sa richesse horizontale ».

Les chiffres sont gros, mais le jeu est tout à fait jouable en se focalisant sur ses bases. Il y a des milliers de combinaisons d’armées potentielles, mais si on part sur par exemple une armée « simple », à base d’humains version Chevaliers de la Table Ronde, ou une armée romaine, on se retrouve devant un wargame tout à fait compréhensible.

On recrute, pousse les frontières, recherche, envahit, repousse, « c’est tout ».

Ensuite, on peut plonger dans les différentes écoles de magie. Ensuite, on peut plonger dans les différents effets de prêtrise. Ensuite, on peut plonger dans l’esclavage, la récolte de vierges pour la magie de sang, la communion des mages pour certains sorts…

Mais on peut aussi ne pas le faire et jouir d’une partie pourtant « complète ».

N’oubliez pas : vous êtes un dieu et vos fidèles ne demandent qu’à vous servir.

(note : les images illustrant cet article sont issues du site officiel)

Je filme une partie multijoueur entre débutants, et les épisodes sont sur la chaîne : http://www.youtube.com/channel/UCY7fqffH8xyf_8z3DPgt9iQ/?sub_confirmation=1

Voici le premier de la série, tour 1 et 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.