RPG in a Box. Toi aussi fais ton jeu en voxel avec ce moteur sans programmation

Il existe de nombreux outils pour créer des jeux, sur pratiquement n’importe quel support informatique, en 2D, en 3D, en nouvelle interactive, en texte dont vous êtes le héros… Certains autorisent le port sur différents OS mais ne tournent généralement que sur Windows, là où d’autres sont très spécifiques. Bref on trouve de tout. Presque. Il manquait peut-être à la collection un outil pour créer des jeux à base de voxels qui soit à la fois très accessible en ne demandant à l’utilisateur aucune connaissance en programmation, et suffisamment complet pour autoriser la création de jeux plus complexes qu’un casse-briques. Les voxels sont petits cubes qui agissent comme des gros pixels, et qui sont de plus en plus populaires. RPG in a Box pourrait bien être le prétendant le plus sérieux dans ce domaine.

Développé par le couple Justin et Sarah Arnold pour Windows, Mac et Linux, RPG in a Box est basé sur le moteur Godot (semi-libre sous licence MIT), et est en vente sur itch.io pour environ 20€ en Alpha. Une démo est disponible, avec quelques limitations dont la plus importante est la taille de l’unique carte possible, et permet de voir l’interface et les commandes basiques.

J’ai édité une vidéo pour présenter quelques réalisations, et donner quelques explications supplémentaires.
Elle est disponible sur la chaîne Jeux1d100 à cette adresse :

http://www.youtube.com/watch?v=i11zuUd-6WQ

Le site officiel : http://www.rpginabox.com/
La page itch.io : https://zeromatrix.itch.io/rpginabox

RPG in a Box s’oriente sur la création de jeux en voxels, et inclus un éditeur très sommaire pour créer ses propres modèles, mais qui a le mérite de fonctionner et de gérer les animations. D’autres options sont attendues, telles que symétries, collages, remplissages… En attendant il est plutôt conseillé de créer dans un éditeur tiers puis d’importer les modèles aux formats .vox.

Basé sur Godot, on retrouve une interface similaire, et ce n’est pas un mal. C’est propre, complet, bien organisé, et lisible immédiatement même pour un débutant un peu débrouillard. Ici, l’image montre une scène de mon « jeu » présenté dans la vidéo.

Tous ces modèles sont bien mignons, mais ne servent à rien sans quelques scripts d’interactions. Nul besoin de ligne de programmation, un système de modules à relier permettant de créer tous les scripts possibles. Dans la zone du bas, on peut voir le texte brut, et en profiter pour apprendre un peu. Après quelques temps, il devient souvent plus rapide d’écrire un script à la main que de passer par une aide, mais ce n’est en rien une obligation.

L’interface des jeux est encore balbutiante, mais le moteur permet déjà de personnaliser formes et couleurs, par exemple ici en changeant la fenêtre de dialogue. Le style par défaut est visible juste au dessus à droite, avec la fenêtre d’inventaire.

Côté visuel, on peut enrober ses scènes dans des « skybox » (paysage en pseudo-3D, dans un cube, souvent utilisé pour les simulations spatiales notamment), des couleurs ou des images de fonds. RPG in a Box intègre aussi un outil de création de sons, capable de générer à peu près tout ce qui est utile dans un jeu : bip, boom, dtzzz, clac, pshhh, pioupiou… On peut aussi importer de la musique au format .ogg.

Les lignes vertes sont les liens de connexions entre les cases. En vert, on peut se déplacer et interagir pour par exemple marcher sur un piège. Orange pour interagir seulement par exemple avec un levier. La zone rouge sur l’image s’apprête à supprimer les liens, pour empêcher que le personnage ne puisse marcher dans la rivière. Simple et efficace.

Un clic droit ouvre différentes options, comme placer un script, tourner un modèle, ouvrir le modèle dans l’éditeur de voxels etc.

Pour le moment, RPG in a Box propose plusieurs mods de caméra et de comportements, tous exclusifs les uns des autres. Par la suite, il sera possible de choisir pour faire sa propre soupe : vue de haut, isométrie, vue subjective, temps réel, tour par tour, tour par tour version roguelike… Le combat est aussi très limité, et fera l’objet a priori du prochain gros morceau d’ici la fin de l’année. On peut pour le moment taper les adversaires en les bousculant, en mode roguelike, ou entrer dans un mode bataille au tour par tour en mode classique. C’est à dire que l’on se promène sur la carte générale en temps réel, et lors d’une rencontre belliqueuse, le jeu passe en tour par tour sur une autre carte, avec un ou plusieurs ennemis à combattre. Là aussi, il s’agit seulement de bousculer les cibles pour les tuer, en attente de développement.

Justin, le développeur, est très accessible et présent à la fois sur le forum itch.io et le canal discord (sur invitation personnelle). Si RPG in a Box est encore à ses débuts et offre peu de possibilités, la motivation et les promesses à venir semblent bien placer ce moteur dans le haut du panier. Compétences, attributs, combats au tour par tour et en temps réel, marchand, équipement, économie, journal de quêtes, expérience, tout ce que l’on peut attendre d’un jeu de rôle/aventure/action devrait être présent, à condition d’être patient : les estimations pour la complétion sont d’un peu plus d’un an, donc d’ici fin 2018. Et puis, ça n’arrive pas d’un coup fin 2018, mais par morceaux au fil des semaines, donc il y a toujours quelque chose de nouveau à tester. Par exemple, récemment, le mode roguelike a fait son apparition.

En attendant, RPG in a Box est tout à fait capable de supporter des aventures simples, et des nouvelles interactives, comme le prouvent les quelques créations présentées dans la vidéo :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.