Star Crawler. Donjon Cyber Space Opera au tour par tour.

Star Crawlers. Donjon Cyber Space Opera au tour par tour.

Star Crawlers, développé par Juggernaut Games, est disponible sur Steam Early Access pour Windows, Mac et Linux, pour 15 euros.

http://starcrawlers.com

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un « dungeon crawler » à la première personne. On y déplace un groupe de 1 à 4 aventuriers case par case dans un décor en 3D, avec une vue libre. Au détour d’un couloir, on peut rencontrer des adversaires, ce qui déclenche un combat au tour par tour. Dans le même genre, on trouve l’excellent Wizardry 8, ou encore Might and Magic, Legend of Grimrock et plus récemment Lord of Xulima.

Sauf qu’avec Star Crawlers, au revoir les elfes et les orcs, bonjour les robots et les lasers !

Page Steam : http://store.steampowered.com/app/318970/

Trailer moche :

Review : http://www.youtube.com/watch?v=48Okwxm3cVs

Vidéo de Choca/Akwartz : http://www.youtube.com/watch?v=l_ltz28Ag-s

Dans l’état actuel, on trouve le prologue de la campagne (très court et n’explique pas grand chose), une infinité de missions générées à la volée dans quelques décors différents, les huit classes jouables avec chacune leurs 12 premières compétences, et l’intégration Steam. C’est parfaitement jouable pour plusieurs heures.

Bientôt, le chapitre 1 de la campagne, un tas de matos à récupérer et équiper, de nouveaux évènements pour les missions générées, nouveaux types de missions.

Plus tard, le chapitre 2 de la campagne, équilibrage des compétences et ajout de nouvelles, nouveau adversaires, évènements et types de missions.

Présentation en images de ma partie :

L’écran d’accueil, sobre et dans le ton.

La station, qui sert pour tout entre les missions. Recruter, revendre, acheter, soigner, choisir les missions. On ne peut sauver qu’ici, pas pendant les missions.

Doc Sams, et un exemple de dialogue (ici, la base : mission et recrue).

Mon premier personnage est le Force Psyker. Une sorte de moine qui protège les potes et préfère les gros marteaux.

L’arbre de compétences, avant distribution des 3 points de départ. On gagne un point par niveau, et les niveaux sont relativement lent à passer (plusieurs missions pour un niveau).

Le terrible robot gardien de la mission du tutoriel, et le pouvoir offensif principal du Force Psyker : un marteau Psy qui fait de gros dégâts.

Le premier compagnon se recrute pour 100 crédit, le second 200, puis 300… jusqu’à 700 crédits pour le dernier. Chacun existe en version mâle et femelle. On ne peut avoir qu’un groupe de 4 maximum, et un seul exemplaire de chaque, mais il est possible de recruter tout le monde et de les garder à la station. Reste ensuite à gérer l’XP et le butin.

Les missions sont plus ou moins difficiles. On y gagne de la réputation (sans effet pour le moment je crois), des crédits et de l’expérience (à faible dose, on en gagne bien plus en combattant).

En mission. La carte en haut à gauche montre les cases. Les portes oranges ne sont pas visitées. Ici on peut voir que je me trouve sur une case, mais que la vue est libre. C’est joli, et pratique pour explorer. On peut récupérer des cartes de crédits dans les recoins, désamorcer des pièges, interagir avec des coffres…

Ici, un combat pour pirater un terminal. Même principe que les combats classiques, mais avec un goût différent, assez sympa sous forme de minijeu.

Parfois, il faut choisir. Garder la récompense de mission, respecter le contrat, donner la récompense à un autre groupe… Les conséquences pour le moment sont quasi nulles, ce n’est qu’une histoire de crédits.

Quand un combat démarre, le décor change automatiquement en fonction de l’environnement. On ne combat pas avec le même décor que pour l’exploration. C’est un peu déroutant au départ mais finalement c’est probablement plus propre ainsi. Certains personnages ont des jauges spéciales. L’ingénieur doit récolter des Junks pour utiliser certaines compétences. Le Force Psycker génère 5 points de Force par tour pour ensuite utiliser ses pouvoirs. Le Ninja place des points de combo sur les cibles avec certaines attaques, et les utilise ensuite pour d’autres attaques plus puissantes, etc.

Mon sentiment après environ 4 heures de jeu (j’ai recruté 7 personnages sur les 8, et mon meilleur est niveau 4) est que les combats sont intéressants mais un peu trop nombreux peut-être, ce qui rend certaines missions trop longues. L’ensemble du jeu m’inspire bien, j’ai plaisir à explorer et à rencontrer des nouveaux ennemis et pièges (simples mais ils restent une bonne surprise). Les compétences et les personnages demandent apprentissage, ce qui est positif. Enfin, l’univers très peu exploité pour ce type de jeu est son principal point fort. De ce que j’en sais, les développeurs sont à l’écoute et semblent capables d’orienter le jeu vers une direction tout à fait plaisante.

En l’état, pour qui aime le genre, c’est à prendre !

http://starcrawlers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.