Queen’s Wish : The Conqueror (de Spiderweb Software). Ta mère la reine

À la tête de Spiderweb Software depuis 25 ans, Jeff Vogel crée des jeux de rôle et d’aventure « à l’ancienne ». Plein de textes, des mondes de grande taille qui demandent des dizaines d’heures d’exploration, et un visuel disons, désuet.

Le dernier jeu à venir, Queen’s Wish : The Conqueror, sort le 12 septembre 2019.

Nouveau récit cette fois, ce n’est ni un remake ni une suite des autres univers (Geneforge, Nethergate, Avadon, Avernum…). On incarne un personnage (homme ou femme, humain) de la haute noblesse : le ou la prince(sse).

Ce personnage est missionné pour quitter son lit, et suivre les ordres de la Reine : reconquérir des terres lointaines, différents royaumes plus ou moins abandonnés ou perdus au fils des années. Peu volontaire, on est « poussé » dans un portail à sens unique, pour arrivé sur un autre continent. L’un des objectifs du jeu sera de retourner à la maison.
Bande annonce officielle :

Plus d’une centaine de missions feront variées le récit, allant d’une alliance complète avec la Reine et une orientation militaire de conquête, à une voie plus souple impliquant le mécontentement de madame et l’instauration de lignes commerciales plus libres entre les colonies à peu près libres. Toutes les images qui suivent sont issues de mes sessions de jeu.

Pour se faire, on dirige une équipe de 1 à 4 personnages, qui peuvent être directement commandés en combat, et qui vous suivent à la ligne en exploration. Les habitués ne seront pas perdus.

L’arbre d’expérience est ouvert, et on peut choisir parmi des compétences réparti dans 4 grands groupes : 12 en Combat, 12 en Magie et 12 en Support. Plus la Culture, qui propose des effets particuliers.

Le jeu se déroule véritablement sur 4 aspects.

– L’exploration locale, avec les 4 personnages visibles et qui se suivent et peuvent agir avec le décor éventuellement.
– Le combat local, au tour par tour avec les personnages et les ennemis impliqués.
– L’exploration globale, avec les personnages miniaturisés, qui se déplace sur la carte du monde à partir de laquelle on peut entrer dans des villes, faire des rencontres, trouver des trucs…
– La gestion des forts, avec un seul personnage à l’écran, qui consiste à se déplacer, discuter, et surtout reconstruire les forts du royaume.

Parceque oui, dans ce Queen’s Wish, il va falloir gérer quelques ressources, pour rebâtir les différents forts abandonnés. Ça reste relativement basique, il suffit de cliquer sur des boutons, mais l’idée est d’avoir des alchimistes, armuriers, tisseurs etc pour fournir l’équipement du groupe. C’est en quelque sort de l’artisanat indirect, qui va produire au final du matériel de meilleur qualité que ce que l’on peut trouver en exploration. C’est donc important pour (sur)vivre, et empêcher les autres, qui sont très méchants, d’en faire autant.

J’ai joué à plusieurs autres jeux du studio, et je n’en ai jamais terminé un seul. Mais ça n’a pas d’importance, je m’y suis amusé suffisamment pour justifier que j’y retourne sur le suivant.

Je ne suis qu’au tout début de l’aventure (moins de 3 heures), qui inclue par ailleurs un tutoriel peu invasif et suffisant pour les vétérans du genre. J’ai tout de suite été séduit, curieusement, par l’enrobage visuel, et par l’histoire, assez ouverte tout en ayant des gros fils conducteurs pour avoir des trucs clairs à faire. J’aime bien l’idée de reconstruire les colonies, et les relations à la Reine qui peuvent déviés au gré des choix que je ferais.

C’est tout en anglais, et il y a beaucoup à lire. On peut ne pas tout lire, ou lire en diagonale, on passera seulement à côté des détails, sauf là où il faut faire des choix moraux. C’est de l’anglais assez simple, pas trop soutenu, je dirais accessible pour tous ceux qui regardent des séries TV en version originale par exemple.

Site officiel : http://www.spiderwebsoftware.com/queenswish/index.html

Page Steam : https://store.steampowered.com/app/1058130/Queens_Wish_The_Conqueror/

Page GoG : https://www.gog.com/game/queens_wish_the_conqueror

Prochainement sur itchio

Comme souvent, c’est pour Windows et Mac seulement, et iOS également fin 2019.
Ça tourne bien sur Linux en passant par Proton (sur mon Manjaro, j’ai forcé la version 4-11.3 autrement le jeu ne démarrait pas du tout).

Voilà, première impression très bonne, pour ma part.

2 Replies to “Queen’s Wish : The Conqueror (de Spiderweb Software). Ta mère la reine

  1. Merci, ça pourrait m’intéresser.
    Comment jugerais-tu l’intérêt des combats au tour par tour ? Pas trop de mécaniques de grinding avec du repop à foison ?

  2. Je n’ai pas encore vu justement de grinding ni de repop.

    Les combats sont assez délicats (je joue en Vétéran), mais le système reste assez simple et classique. Je joue mon groupe (dans un ordre imposé), ils jouent, je joue… Pas de contournement ou d’autres effets, j’ai l’impression.

    Les compétences sont simples et complètes : charge, poison, bouclier, stun, boule de feu, peur, foudre, cri de guerre…

    Ce n’est pas un « jeu de combats au tour par tour », plutôt un jeu de rôle et d’aventure, avec des combats au tour par tour, et des quêtes, et des choix, et des mystères…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.